Les paroles de nos chansons

Noir-gris

Ce matin à l’école
Mon camarade a disparu
On l’a cherché sans comprendre
Iels l’ont balancé en taule
Alors on s’est rassemblées
Pour les forcer à réparer

Noir-gris
En attendant d’être jugé
Ni l’oubli
Ni le pardon n’sont une option (ne sont tolérés)

Réparer cette injustice crasse
Une de + dans la masse
Qui nous trouvera nombreu.ses.x en face
Les bras croisés
Les mentons levés
Force de notre solidarité

On pense à toi camarade
En dehors de tous les votes
À la marge de leur marche
On t’écrit du soutien
Quand tu ne peux plus rien
Sache qu’on prend soin des tiens

Demain on tient un siège
Devant le tribunal
À l’ombre de la république
Demain on f’ra pression
Avant que la cour
Prononce sa sentence en conscience

Un goût amer à l’intérieur
Ce soir, ça m’écœure
Je veux lutter + fort
Sache que tu leur fais peur
Leur pouvoir prend de l’ampleur
À l’échelle de leur puanteur

Quand la justice est complice
Tombons les murs
À coup de feux ardents
Pour réchauffer les corps
Motiver la population
À contrer l’injuste justice

Scooby

Maintenant
Je suis diplomée
Cool
Ca fait de moi
Quelqu’un
Qui a réussi Sa vie

Et d’abord
Ca veut dire quoi
Réussir Sa vie

C’est absurde
C’est comme dire

J’ai réussi à chier
Certes C’est une réussite
Mais dans le fond
Ca reste de la merde

Sooobidoubidou
Cherche un avenir
Si tu l’as mérité
Tu t’amuseras à mourir

Sooobidoubidou
Cherche un avenir
A fini diplômé
Va bien se faire exploiter
Oh se faire piétiner

Scoobidoubidou
A démissioné
De chez les banquiers
A fini encarté

Scoobidoubidou
A démissioné
De chez les banquiers
A fini à la CNT

@2022 First Lady

Cigarette

Il y a des gens qui veulent trouver la perle rare
Pour explorer ensemble les plus beaux fonds marins
Pour faire un bout d’chemin jusqu’à Rome ou ailleurs
Tant qu’on prend l’temps d’y aller empruntant tous les sentiers

Il y a celles qui cravachent pour cocher toutes les cases
De quelques âmes barrées qui tous les jours les feront rêver
Elles qui seraient leurs idéales… Leur cigarette après bouffer

Mais moi… Mais moi…
Mais moi, je ne cherche que moi, voilà pourquoi, je ne t’aimerai pas

Une indispensable à aimer, une lumière pour faire danser

Mais moi… Mais moi…
Mais moi, je ne cherche que moi, voilà pourquoi, je ne t’aimerai pas

Quel âge as-tu petite fille ? À quoi est-ce que tu aimes jouer ?
Avec tes questions, tu me saoûles. Je veux savoir comment m’aimer.

Mais moi… Mais moi…
Mais moi, je ne cherche que moi, voilà pourquoi, je ne t’aimerai pas

@2022 First Lady

MTM

Elle nous faisait rêver
Du haut de sa montagne
Nous on était ici
Au fond de nos prairies

Elle nous faisait rêver
Du haut de sa montagne
Nous on traînait ici
Sur les pavés de la ville

On traînait nos petits soucis
Quand on marchait toustes seuls à seules
Avec nos Julia et nos Maries
Mais qu’est ce que, qu’est-ce qu’on se sentait seul.e.s

On s’retrouvait au bar du coin
On riait fort et hop cul sec
On parlait jusqu’au petit matin
Et on se renrtait la gueule au sec

Et on pensait seul.e.s dans not lits
Le vague à l’âme la tête en vrac
On voyageait juste par l’esprit
On partait seul.e sur l’dos un sac

On se r’trouvait au p’tit matin
La tête dans le cul plus l’égoût à rire
On s’retrouvait toustes les copaines
On oubliait les rêves de la veille

On s’est pris par la main
Pour construire notre destin
En groupe on est plus forts
On gueulait “mange tes morts”

(Au système) “mange tes morts”
(À la société) “mange tes morts”
(À l’inhumanité) “mange tes morts”
(Mange tes morts) “mange tes morts”

On a gravi la montagne
Pour trouver la bien aimée
Et puis on l’a chantée Oh!
Li-ber-té
Mange tes morts
Mange ta liberté !

@2021 Dark Lady

Les hyènes

Soyez prêtes… LES HYÈNES !
Sans roi, sans roi, nanananana…

Oh, peignons ces roses en rouge
Et pleurons toustes en cachette
Ces tendres fleurs assassinées
Oh, ce soir seront fanées
Oh ! Adieu ! Quelle douleur !
Peindre ces jeunes fleurs

Soyez prêts…

Soyez prêtes… LES HYÈNES !
Sans roi, sans roi, nanananana…

Bienvenue aux 40 voleurs
Nous sommes une équipe homogène
Le larcin est dans nos gènes
Mets tes vingt ans en quarantaine

Soyez prêtes… LES HYÈNES !
Sans roi, sans roi, nanananana…

Ouais soyons prêtes, vraiment prêtes
Nous sommes maintenant toutes prêtes !
Pour quoi ? Pour la mort du roi !
Bonne idée!
On vivra sans roi!
Sans roi, sans roi nanana nanana na

Soyez prêtes… LES HYÈNES !
Sans roi, sans roi, nanananana…

@2021 First Lady

Julie

Julie pousse la porte, sa blouse est toute froissée
Sa tournée à reprendre, tous ces médocs à distribuer
On peut toujours lui dire, de faire plus, avec moins
Elle continuera son combat pour leur dignité, cette lutte de chaque matin

La lutte du quotidien, pour elle c’est chaque matin
La lutte du quotidien, pour elle ça n’est pas qu’un refrain

Julie fixe ses doigts couverts de craie
Sur le tableau elle a écrit, égalité
Pour elle hors de question de laisser ses p’tits pères dans la précarité
L’fra tout pour leur donner les moyens de lutter

La lutte du quotidien, pour elle c’est chaque matin
La lutte du quotidien, pour elle ça n’est pas qu’un refrain

Julie a tout quitté pour redonner vie
A une terre abandonnée, pour elle l’écologie
Devra tout renverser, elle sait qu’elle est une naine
Face aux géants du Capital mais par ses mains la terre redevient locale

La lutte du quotidien, pour elle c’est chaque matin
La lutte du quotidien, pour elle ça n’est pas qu’un refrain

@2019 Lady Katrina

Fille de…

Bienvenue, bienvenue, BIENVENUE sur!
Radio Ladies… Radio Ladies…
Ce soir, DarkAngel64 fait une dédicace à sa maman, sur un morceau, des Single Ladies…
Oui… Bonjour… J’suis impressionnée mais, j’ai des choses à dire. Entendez-vous l’écho-écho-écho-écho ?

Il y a une voix dans la montagne
Qui se fait l’écho de tes idées
Gamine entre dans la bataille
Fais fi des points de vue résignés

Poing dans la main, le système aux ordures
Ta voix dessine nos futurs

Fille de… Tu es une…
Fille de rien…

Blah Blah Blah !

Comment osent-ils à ton visage
Faire l’affront des fausses promesses
Dès son bannissement au 7è continent
Aurons-nous droit au recommencement ?

C’est une fille de rien…
Entendez-vous l’écho dans la montagne
Qui sillonne et les monts, et les lacs, et les vallées
Il relaie le cri du dodo et de l’orphelin
De l’orque et de la hyène.
Ce cri-là, elle l’a entendu.
Elle l’a attrapé / récupéré / transformé / concrétisé / matérialisé : elle l’a fait sien.
Elle a gravi les marches du podium… jusqu’à la plus haute. Et elle a gueulé !
Aaaaahhhhh !
C’est une fille de rien

@2021 First Lady

SS

Société spectatrice
J’assiste impuissante
À des flics qui fracassent
À la haine vrombissante !

Les concerts, c’est l’action
L’anesthésie, c’est la télévision

Les panneaux en carton
Pas bonjour pour un rond

Les soirs,
On chante,
Les systèmes d’oppressions,
Les mouroirs, les prisons
Virtuelles / de béton

Société spectatrice…
Société spectatrice
Muette pour l’injustice
Va mourir t’es complice
De tous nos traumatismes

@2020 First Lady

La môme… crève

Les hélicos, pourquoi ils bouclent au-dessus d’chez moi je capte pas ?
Tu crois qu’ils sont là pour moi ?
Je ramasse juste des p’tits cailloux…

Je les planque dans mes poches à trous
J’reviendrai me balader
Une heure pas + de solitude surveillée en secteur fermé

Ausweis bitte !

Chez moi y a plus d’place et plein d’monde
On boit et Jo s’est emporté.e
Jo m’a cognée
Mes dents pétées je sais plus trop, où, les planquer

Je les planque dans mes poches à trous
Est-ce que les drones vont m’protéger
Tu sais ceux de la “sécurité”
En marche, la solidarité ?

Ausweis bitte !

Ce grand héro, le confinement
Ne sauvera pas tous les enfants
Je n’ai plus d’chez moi où aller
Je vais m’cacher, vous observer, vous confiner, vous mépriser, vous dénoncer aux policiers !
Elles coulent pour rien mes larmes…
Y aura pas foule pour les sécher

Je les planque dans mes poches à trous
Pour retrouver j’sais plus où
Chez moi c’est dans ma tête
Y a plus tout ça, plus toute ma tête !

Ausweis bitte !

@2020 First Lady

RedMMdead

Je marche dans les rues
Et il y a tous ceux qui m’observent
Je marche dans les rues
Et personne ne m’en empêche

Je m’installe au café
Et il y tous ceux qui m’observent
Je m’installe au café
Et je commence à rêver

Une fleur se pose sur moi
Une fleur sur mon bras
Le parfum de la rose
Parfum de liberté

Je suis libre d’aller et de venir sans condition
Je suis libre de dire et de penser sans restriction

Je commande un café
Et les gens rigolent avec moi
Je commande un demi
Les gens viennent trinquer avec moi

Je commande un sourire
Et les yeux se tournent vers moi
Je commande une rose
Et je sens la haine sur moi

J’ai commis un larçin
J’ai commis un oubli
J’ai bafoué les croyances
J’ai nié l’ordre établi

La liberté est bafouée lorsqu’on provoque une gêne
La liberté est oubliée comme condition humaine

Je cours dans les ruelles
Au milieu d’idées bien rangées
Je cours dans les ruelles
Au milieu de gens bien dressés

De retour au bercail
Je r’trouv’ mon amour égaré
De retour au bercail
M’attend ma liberté choyée

Je pleure ma liberté
Je pleure ma dignité
Je rie à l’oppression
Je rie à la nation

La liberté est bafouée lorsqu’on provoque une gêne
La liberté est oubliée comme condition humaine

@2021 Dark Lady

Panik

J’ai découvert l’hygiène dans les escaliers
J’ai rongé tous mes ongles dans ma chambre décontaminée
Pour pas couler du nez chez moi j’ai tout fait cramer
Ce virus je veux pas l’attraper j’veux pas être le paria du quartier

La fin de mon monde
Panique au cinéma
Pandémie des cerveaux
Taïo

Et puis je me suis rappelé qu’ce virus n’avait rien changé
J’ai quitté mon angoisse et j’me suis remis.e à penser
La société psychose je l’avais bien imaginée
Avant la pandémie j’étais déjà un.e sale cramé.e

La fin de mon monde
Panique au cinéma
Pandémie des cerveaux
Taïo

Sortons de l’anémie des cerveaux
Déplaçons l’échelle du micron au niveau du macro
De ma faute à « leurre » faute quelle est la vérité ?
Peut-être devrais-je reprendre ma place de révolté.e

@2020 First Lady / Lady Katrina

Notara

Notara… Tu es née sous un immeuble
Croûlant sous le poids des années
Depuis tous tes jours se ressemblent
Tu erres dans la rue comme une pestiférée

Et les gens passent et passent et passent
Leurs oeillères les rendent aveugles

Ton poil est noir
Notre drapeau l’est aussi… Notara!
Et la victoire, viendra quand on ne tolèrera plus
Je ne pense qu’au jour, où nous te sortiront des décombres, Notara
… Notara

Ils délimitent ta zone
Pour que tu n’maraves pas leur cleb’s
Qui a volé, la seule bouffe qu’on a bien voulu te jeter

Pas d’refuge, pas d’rescousse!
Ta vie est celle d’un condamné à errer
(dans les grabuges!)

Ton poil est noir
Notre drapeau l’est aussi… Notara!
Et la victoire, viendra quand on ne tolèrera plus
Je ne pense qu’au jour, où nous te sortiront des décombres, Notara
… Notara

Aucun répit, l’avenir est immonde
Tu pètes des câââbles
Les gens flippent, et tu vois les portes, de tous les foyers au monde, se fermer en un CLAC!

Ton poil est noir
Notre drapeau l’est aussi… Notara!
Et la victoire, viendra quand on ne tolèrera plus
Je ne pense qu’au jour, où nous te sortiront des décombres, Notara
… Notara

(Non lâche pas, bats-toi)

Salut LSF, qui mettra fin à la torture des Galgieros
Salut la SPA, à bas, le shopping domestique
Salut les bénévoles pour qui la vie d’un animal compte autant que celle d’un autre
Salut les bénévoles pour qui la vie d’un animal compte autant, que celle, D’UN AUTRE

Ton poil est noir
Notre drapeau l’est aussi… Notara!
Et la victoire, viendra quand on ne tolèrera plus
Je ne pense qu’au jour, où nous te sortiront des décombres, Notara

Ton poil est noir
Notre drapeau l’est aussi… Notara!
Et la victoire, viendra quand on ne tolèrera plus
Je ne pense qu’au jour, où nous te sortiront des décombres, Notara

@2018 First Lady

LEFS (Liberté Égalité Fraternité Solidarité)

Quand les actionnaires pillent ton travail,
c’est no pasaran, no pasaran
Quand un petit chef impose sa loi,
c’est ni dieu ni maître, c’est ni dieu ni maître
Quand pour ta retraite, tu crèves au travail,
C’est à bas l’état, les flics et les patrons
Quand ton entreprise déverse ses déchets,
C’est A, Anti, Anticapitalist’

Camarade gréviste, Liberté, Liberté
Camarade révolté, Egalité, égalité
Camarade écologiste, Fraternité, fraternité
Compagnon.e anarchiste, c’est So-li-da-ri-té

Nous sommes rien
nous sommes personne
Nous sommes tout
Nous sommes le peuple

Nous sommes rien
nous sommes personne
Nous sommes tout, nous sommes tous a-nar-chie

Quand un dictateur s’invite au pouvoir,
c’est no pasaran, no pasaran
Quand un petit chef harcèle au travail,
c’est ni dieu ni maitre, c’est ni dieu ni maitre
Quand un démocrate t’impose sa foi,
C’est à bas l’état, les flics les patron
Quand t’as pris conscience de l’urgence climatique,
C’est A, Anti, Anticapitalist’

Camarade libertaire, Liberté, Liberté
Camarade révolté, Egalité, égalité
Camarade écologiste, Fraternité, fraternité
Compagnon.e anarchiste, c’est So-li-da-ri-té

Nous sommes rien
nous sommes personne
Nous sommes tout
Nous sommes le peuple

Nous sommes rien
nous sommes personne
Nous sommes tout, nous sommes tous a-nar-chie

Quand un dictateur s’invite au pouvoir,
c’est no pasaran, no pasaran
Quand un catholique étale sa foi,
c’est ni dieu ni maitre, c’est ni dieu ni maitre
Quand un démocrate t’impose sa foi,
C’est à bas l’état, les flics les patron
Quand t’as pris conscience d’une catastrophe climatique,
C’est A, Anti, Anticapitalista

Camarade libertaire, Liberté, Liberté
Camarade révolté, Egalité, égalité
Camarade écologiste, Fraternité, fraternité
Compagnon.e anarchiste, c’est So-li-da-ri-té
x3:
Nous sommes rien
nous sommes personne
Nous sommes tout
Nous sommes le peuple

Nous sommes rien
nous sommes personne
Nous sommes tout, nous sommes tous a-nar-chie

@2018 Dark Lady

Intifada

La Révolte a commencé hier
On était là avec mes frères
Laura, Rudy, Jeff, Ronan et Serge
Et putain c’qu’ on était fiers

On se prenait tous pour le Che,
La main au coeur le poing levé
“Faut leur faire peur” qu’on chantait,
Et au ministre “Vire ton projet !”

Y avait aussi plein de condés
Ceux qui n’aiment pas les révolté.e.s
Avec leurs casques et sans conscience
Alors on entama la danse!

Révolte, C’est une rébellion
Révolte, De Bastille à Nation
Révolte, De Paris jusqu’à Lyon
Révolte, C’est la révolution
(Intifadaaa)

Tous les refrains que l’on chantait
Résonnaient d’Pékin à Alger
Tous les pays nous supportaient
L’intifada des opprimé.e.s

On se prenait tous pour le Che
Y avait la plage sous les pavés
À Place du Pont on a marché quand soudain
Ils nous ont chargé.e.s !!!

Les robocops en bouclier
Sont venus pour nous menacer
Ils étaient beaux, les CRS !
Nous on leur a montré nos fesses !

Révolte, C’est une rébellion
Révolte, De Bastille à Nation
Révolte, De Montpel’ jusqu’à Lyon
Révolte, C’est la révolution

À-o-o o-o-o-o, À-o-o o-o-ô, ACAB

Dans une p’tite rue ils ont nassé
Tout d’abord ils les ont gazé.e.s
Ça f’sait moins mal qu’à Auschwitz
Iels avaient juste les yeux qui piquent

Puis ils les ont tous matraqués
Ça nous a toutes fait enrager
À notre tour on a chargé les cerises se sont mises à chanter

Ils étaient beaux les CRS
Et leurs flashballs en bandouillère
Certains en ont pris plein les fesses
Pour d’autres c’était la jugulaire

Révolte, C’est une rébellion
Révolte, De Bastille à Nation
Révolte, De Nantes jusqu’à Lyon
Révolte, C’est la révolution

Ils les ont tous canardés

Ils les ont toutes canardées
Les jeunes, les vieux, même les bébés
Ils les ont tous canardés, ce fut un terrible charnier

Nous on a défendu nos frères
Fusils par terre les casques ont volé
Le nombre les a vite submergés
La Révolte avait commencé!

Les images ont parcouru l’monde
Les peuples ont trouvé ça immonde
Partout les réseaux ont pleuré
Nos frères à terre la peau trouée
Le peuple a vite pris l’pavé
Le gouvernement fut renversé
À notre tour, on a trinqué
À la santé des frères tombés!

Ils étaient beaux, les CRS
À genoux devant nos frères
On a cramé les blindés
Et on a r’commencé à chanter!

Révolte, À tous les révoltés
Révolte, Les chants vont vous porter
Révolte, Loin vers la liberté
Révolte,
>>> Foutez l’dawa!

Révolte, À tous les révoltés
Révolte, Les chants vont vous porter
Révolte, Loin vers la liberté
Révolte, Des peuples opprimés!

À Paris, à Montpel’, à Nantes, à Lyon, à Toulouse, à Sainté, à montcul, à Oyo, à Exarcheia, Djezirah, la Labiertaria… Partout, et ailleurs… INTIFADA

À-o-o o-o-o-o, À-o-o o-o-ô, ACAB

@2017 Dark Lady

Notre classe

Il est l’heure, tu te réveilles, les yeux encore chargés de sommeil
Tu te demandes comment tu en es arrivé là
Avec pour seul horizon tes quatre murs quechua
Tu rêves de crier, de hurler, mais on t’a retiré la voix

Je voudrais tellement être votre Être parfait
Mais de mise en demeure à avis à tiers détenteur
Je surnage, je surnage les mains liées
Je rêve de crier, de hurler, enfin me révolter

Tu rêves d’une vie réglée, minutée, où tu serais
Mais ton rêve glisse et n’oublie pas de t’actualiser.
Un je, un tu, un nous, tu n’es plus. Simple allocataire désormais
Tu rêve de crier, de hurler, de crier pour rêver

Des histoires, ou simplement la même histoire
Rappelons-nous de chanter notre classe
Jamais nous ne serons leurs ratés
Rappelons-nous de chanter notre classe

@2018 Lady Katrina

Le Sablier

Les images affluent pleines de mort et vides de sens
De l’hyper chaud à l’hyper froid partout tout bascule
Les forêts brûlent, Dodo a disparu… Simple déliquescence ?
Le système a fait de nous des somnambules

Le sablier coule, camarades arrêtons le sablier
Le sablier coule, camarades, soyons révolté.e.s

Des feux nations, aux fontes continents, partout tout bascule
Ils font jaillir le gaz et Rougette a disparu… Simple virgule
Assez ! Assez de tous ces démagos affamés
C’est notre vie, c’est notre monde, c’est pourquoi nous devons tout renverser

@2018 Lady Katrina

Vnr

Aucun tracé en pointillé ne devance mes pas
J’ai choisi l’émancipation, la liberté révèle les raisons
Elle blesse parfois mais bordel elle raisonne en moi !

(Plus jamais marcher droit)
Plus jamais marcher droit
(Plus jamais marcher droit)
Que meurt la répression…
(Plus jamais marcher droit)
Cessons d’parler tout bas
(Plus jamais marcher droit)
Plus jamais marcher droit !

Responsable de mes actions
Je prends la fourche et le micro
J’entends partager ma DETERMINATION !

Je m’agite dans les rues, les collectifs, les syndicats
Organise ta voix !
Trace ta route organise-toi et va !

Chacun de mes pas aura ses détracteurs
Je n’suis pas là pour te plaire
Mais bien pour plus qu’on se laisse faire
Si toi aussi camarade tu fais tout pour sortir du rang
Alors prépare ton cartable
Mets une bonne dose de serum phy dedans !

Les étoiles n’éclairent pas qu’la nuit
Elles brillent toujours dans nos yeux gazés
Qui au-delà des politiques et de nos libertés volées
Voient les possibilités…
D’un monde !
Nouveau !

(Plus jamais marcher droit)
Plus jamais marcher droit !
Que meurt la répression !
Cessons d’parler tout bas,
Chantons la gloire de nos actions !
Et reprenons nos droits – les grands d’ce monde sont hors-la-loi
Et boycottons l’état !
Plus jamais marcher droit !

@2018 First Lady

Exa

Au pays du Tzatziki
Inventeur de la démocratie
Au milieu des capitalistes
Y a un quartier qui résiste

Exarcheia ! Tu m’appelles
Dans mon cœur de rebelle
J’vadrouillerai jusqu’à toi
S’ils n’effondrent pas tous tes toits

Je veux parler, de ce que je connais pas
Tu réveilles en moi ce que j’contrôle pas (Exarcheia)
Un sentiment de révolte et d’amour profond
En réponse au fascisme et à l’expulsion

Au Chiapas libertaire
Cont’ le pouvoir raciste, autoritaire
L’EZLN s’est levée
Les Zapatistes ont r’pris l’café

Le président a prié la terre
« Miséreux peuples originaires
Ne reverront jamais terre-mère »
Companeras, Companeros ne lâcheront rien !

J’ai b’soin d’parler, de ce que je connais pas
Tu réveilles en moi ce que j’contrôle pas (Zapatista)
Un sentiment de justice, de respect profond
En réponse au fascisme et à l’illusion

Des archipels répartis
Forment les terres de Longo Mai
Ses habitantes ont tout réappris
Contre l’égocentrisme et pour la vie

Oh Longo Mai, eh tu m’appelles
Dans mon cœur de rebelle
J’vadrouillerai jusqu’à toi
Pour l’instant je me bloque chez moi

Je veux chanter, pour ce que je n’connais pas
Tu réveilles en moi ce que j’contrôle pas (et moi j’branle quoi ?)
Une envie de collectif, d’entrer dans l’action
En réponse au fascisme & à l’exclusiooon

En squat, accueil & créations
Fonctionnent en autogestion
Sois utile, agite ton imagination
Pour les squats de ta région

Prends tes bombes, pose ton son
Coupe des patates, répare des blousons
Fais ce pas en marge du système
Alors tu pourras gueuler : « stop à l’inaction »

@2018 First Lady

Le chant des Canuts

Pour chanter Veni Creator
Il faut une chasuble d’or
(x2)

Nous en tissons pour vous, grands de l’église
Et nous, pauvres canuts, n’avons pas de chemise

C’est nous les canuts
Nous sommes tout nus
(x4)

C’est nous les héritiers, du temps des cerises
C’est nous les héritiers, du pays qu’on enchaîne
C’est nous les héritiers, jusqu’à la lutte finale
C’est nous les héritiers, et mort aux vaches

Pour gouverner, il faut avoir
Manteaux ou rubans en sautoir
(x2)

Nous en tissons pour vous grands de la terre
Et nous, pauvres canuts, sans drap on nous enterre

C’est nous les canuts
Nous sommes tout nus
(x4)

C’est nous les héritiers, de toi Bella Ciao
C’est nous les héritiers, et ça ira, ça ira
C’est nous les héritiers, du jamais 20 pour cent
C’est nous les héritiers, et mort aux vaches

Mais notre règne arrivera
Quand votre règne finira
(x2)

Nous tisserons le linceul du vieux monde,
Car on entend déjà la tempête qui gronde

C’est nous les canuts
Nous sommes tout nus
(x4)

C’est nous les héritiers,
C’est nous les héritiers,
C’est nous les héritiers,
C’est nous les héritiers,

@2017 Aristide Bruant / Dark Lady

Momo

Momo, tu as pris feu en décembre
Ce fut le début du printemps
La révolte naquit de tes cendres
Les ordures finissent parfois présidents

Faut leur faire peur,
Moubarak ou Ben Ali
Faut leur faire peur
Saleh ou Kadhafi

Jeune indigné

La génération à la traîne
La jeunesse sans avenir
S’est indignée en Espagne
15M, la marche à suivre

Faut leur faire peur
Trump ou Poutine
Faut leur faire peur
Merkel ou Xi Jinping

Jeune éveillé

Sur Wall street tu t’es assis
Pour changer Manhattan en Trahir
Michaël et Salman unis
Pour que les 99% reprennent vie

Faut leur faire peur
Fralib ou Conti
Faut leur faire peur
Goodyear ou Tati

Jeune insoumis

Le 31 mars tu n’t’es pas couché
Pour vivre ta vie debout tu t’es éveillé
Zadiste rebelle indigné
Mon coeur sera à jamais le 32 mars

Faut leur faire peur
Apportons-leur la catastrophe
Faut leur faire peur
Apportons-leur la catastrophe
Faut leur faire peur
Manu et François
Faut leur faire peur
Manu et Philippe

@2017 Dark Lady

Info / Booking : contact@singleladies.fr
Fiche technique


©SINGLE LADIES 2019-2022